Vat Phu-Champasak-Laos

Le site de Vat Phu Imprimer
 

Vat phou - vue du palais nord - vat phu

 

Des inscriptions du Ve et VIe siècles mentionnent un temple dans la montagne, contemporain de la création de la ville. Celui-ci a toutefois disparu, remplacé par l'ensemble religieux que l'on voit aujourd'hui et qui a été construit dans la première partie du XIe siècle, avec quelques ajouts et reconstructions au XIIe et XIIIe siècles.

 

L'ensemble est orienté selon un axe est-ouest, et depuis la plaine escalade le flanc de la montagne pour aboutir au sanctuaire, situé sur une terrasse au pied de la falaise où coule la source sacrée.

 

 

Le site principal de Vat Phu

Venant de la plaine, on rencontre d'abord deux grands barays, lacs artificiels à fonction religieuse et pratique représentant l'océan qui entoure la Terre et servant de réservoir, puis une terrasse en grès.

 

Vat phou - façade du palais nord - vat phu

Une allée bordée de bornes conduit ensuite à une vaste esplanade sur laquelle se font face deux bâtiments en grès et latérite aux frontons magnifiquement sculptés, du début du XIe siècle durant la période de Koh Ker. La fonction de ces bâtiments quadrangulaire demeure mal définie.

 

L'appellation traditionnelle de "palais des hommes" et "palais des femmes" est sans fondement scientifique.

 

 

vu16sDe là, une allée autrefois bordée de galeries couvertes, conduit au premier escalier. Sur le côté sud de l'allée, on peut voir les vestiges d'un petit édifice du milieu du XIe siècle, souvent appellée temple de Nandin, le taureau sacré monté par Shiva. D'ici part une route ancienne surélevée qui conduit au temple de Nang Sida, passe par Ban That (trois chapelles khmères), à 30 km au sud, et continue vers Angkor, au Cambodge.

 

Les terrasses

Le premier escalier donne accès à une terrasse allongée, soutenue par des gradins, et à un deuxième escalier au pied duquel deux petits bâtiments détruits datant du XIIIème siècle contenaient chacun un Dvarapala (gardien de porte). Celui du nord a été relevé. Il tient une massue et pause l'autre main sur la poitrine en signe de respect. L'histoire locale en fait la représentation du roi légendaire Kammatha, à qui l'on attribue la construction de Vat Phu. Du haut du deuxième escalier part une longue chaussée en pente construite en dalle de grès, qui aboutit à un troisième escalier. Celui-ci donne accès à l'avant-dernière terrasse qui supporte six édicules de briques ruinées. Elles contenaient des représentations de Shiva sous forme de Linga.

 

san34sEnfin, un imposant soubassement à sept degrés, qu'escaladent sept volées d'escaliers de onze marches chacune, soutient la terrasse supérieure. C'est sur cette terrasse qu'est bâti le sanctuaire principal (milieu du XIe siècle, style du Baphuon). Il est flanqué au sud, comme tous les sanctuaires khmers, d'un petit édifice qu'on appelle traditionnellement "bibliothèque", bien qu'il n'ait certainement jamais contenu de manuscrits, et bordé à l'ouest par un portique à gradins (XIIIe siècle), fermant originellement l'accès à la source sacrée. Dans la roche qui soutient le portique, en arrière du sanctuaire, est sculpté un bas relief représentant une Trimurti, la trinité hindouiste: au centre, Shiva, dieu principal du sanctuaire; à droite, Brahma et à gauche, Vishnu.

 

Le sanctuaire

Le sanctuaire est composé d'un avant-corps (salle hypostyle) en grès, accessible par trois portes (sud, est et nord) et, à l'arrière d'une cella de briques, qui abritait un Linga. Ce dernier fut vraisemblablement, à une certaine époque, ondoyé en permanence par l'eau amenée de la source. Elle arrivait par un orifice percé dans le mur ouest et était évacuée par un conduit de pierre, appellé "somasutra", traversant le mur nord. Notons que cet ondoiement permanent du Linga est un fait unique dans la religion hindhouiste khmère, et donne au sanctuaire de Vat Phu son caractère exceptionnel. Les murs extérieurs de l'avant-corps présentent des Dvarapala (gardiens de portes) et des Devata (divinités féminines mineures). Toutes les portes sont surmontées de frontons et de linteaux sculptés, représentant surtout Krisna (un avatar de Vishnou), mais aussi Indra, Vishnou, Shiva ascète et des scènes du Ramayana.

Vat phou - sanctuaire principal - vat phu

Le sanctuaire a été transformé en temple bouddhiste et contient trois récentes effigies de Bouddha, qui obturent l'accès central de la cella.

 

La source sacrée

 

Derrière le portique à degrés se trouve l'espace de la source. La montagne forme à cet endroit un abri sous-roche dont le plafond laisse sourdre la source sacrée. Les fouilles du P.R.A.L. de 1991-1993 ont révélé plusieurs aménagements architecturaux successifs de cette zone (ces aménagements ne sont actuellement pas visibles, toutes les tranchées de fouilles ayant été rebouchées par mesure de protection). Cette zone forme un ensemble clos, entièrement occupé par des dispositifs liés à la collecte et l'adduction des eaux vers le sanctuaire. Ce type d'aménagement, qui n'est attesté dans aucun autre sanctuaire khmer, fait la très grande originalité de Vat Phu.

 

Vat phu - escalier vers la falaise, derrière le sanctuaire - vat phou

Un petit temple en grès et brique (XIe siècle), en partie encastré sous la falaise, sacralisait l'eau de la source, et contenait probablement un Linga. Derrière ce petit temple, sous la falaise, furent trouvées des statuettes khmères en bronze de Vishnou et d'une divinité féminine, ainsi que des effigies de Bouddha plus tardives.

 

Les eaux de la source étaient recueillies dans des bassins de grès vert et de briques et, au moins dans le dernier état architectural du XIIIe siècle, amenées au sanctuaire par un aqueduc de grès vert sur colonnettes. Celui-ci descendait la pente sur une galerie à plusieurs paliers, franchissait la porte du portique grâce à une ouverture percée sur le côté, puis, arrivé sur la terrasse, tournait vers le nord pour aboutir à l'arrière du sanctuaire, en face de l'orifice d'adduction.

 

Plusieurs socles retrouvés autour de la source attestent la présence de statues maintenant disparues (probablement des effigies de Shiva ou des Lingas). De nombreux éléments lapidaires antérieurs au XIe siècle et réemployés dans les derniers aménagements montrent l'ancienneté de l'occupation.

 

 

Au nord

Vat phu - Rocher sculpté en éléphant

 

 

Au nord du sanctuaire se trouvent des bâtiments monastiques modernes. Plus au nord, dans un éboulis de rochers, on peut voir des blocs sculptés représentant un éléphant, un crocodile et des serpents certainement postérieurs au XIIIe siècle, et les restes de cellules de méditation en grès (socles, parois et plafonds monolithes) beaucoup plus anciennes et datant peut-être du VIIe siècle.

 

 

smoke free area

Vat Phu - Vues

Horaires & Tarifs

Ouvert tous les jours
de 8h à 18h pour le site,
de 8h à 16h30 pour le musée.
 
Billet unique pour le site et le musée : 50 000 LAK
 
Pour les Lao : 20 000 LAK
 
Le service de voiturette électrique est inclus.
 
Possibilité de visiter le site en dehors des horaires.
 
Pour plus d'information, veuillez visiter la page Horaires et tarifs.
 

Partenaires

Ce site a été réalisé dans le cadre du projet de coopération franco-lao du Fonds de Solidarité Prioritaire : "Vat Phu Champassak, mise en valeur et développement du patrimoine historique et culturel".

Image2

Ministère de l'Information et de la Culture
Direction Générale du Patrimoine
 

Service de l'Aménagement et de la Gestion du site de Vat Phu-Champassak

 

 

marianne1

 
 
Ministère des Affaires Etrangères
Ambassade de France au Laos
Service de Coopération et d'Actions Culturelles